Accueil > Chroniques laïques d’Afrique du Nord > Tunisiens, sortez du placard !

Tunisiens, sortez du placard !

jeudi 13 janvier 2011, par sadri slim cohen

La Tunisie traverse une crise grave et la France, par l’intermédiaire de son gouvernement, soutient silencieusement le dictateur Ben Ali et son clan. On croyait, dans l’hexagone, que la résignation du peuple tunisien suffisait à justifier une caution sans faille... On ne tient pas un peuple en laisse, désormais, même en Afrique il faudra compter avec des aspirations démocratiques.

Ce n´est pas sans une certaine boule au ventre que je prends mon clavier pour écrire ce mot sous ma vraie identité, sachant que si vous le lisez c´est qu´il restera un moment sur la toile, donc susceptible de me causer quelques troubles dans le futur au cas ou … eh oui, formé a l´ancienne par le Combattant Suprême, c´est le vieux reflexe qui prime : ouskot (tais toi) on ne sait jamais ...

 

 

Formé par le Système pour être un bon Spectateur, je devrais a priori exercer mon voyeurisme a travers internet et surtout, surtout, rester anonyme. C´est d´ailleurs le cas des Anonymous qui nous le rappelle très bien : You are a Legion ! Ah bon ? première nouvelle, merci de m´informer dirait Omar.

Mais les choses ont changé. Internet, Facebook ont modifié la donne. Aujourd´hui les gamins n´ont plus la même trouille que celle qu´on a eu en 1978 ou 1984. À l´époque la seule annonce de la venue des miliciens ou de la Brigade d´Ordre Public (BOP) suffisait pour nous faire battre tout les records des 400 mètres haies.

 

En 25 ans, le niveau de résignation a visiblement débordé. L´avant dernière fois que je suis retourné en Tunisie, un amis d´enfance m´expliquait son désespoir, allant jusqu´à se demander quelle serait sa réaction s´il était approché par des khouanjistes (extrémistes musulmans) pour aller se faire sauter, en échange de l´assurance que sa femme et ses gosses soient pris en charges… bon faut dire qu´on était passablement éméchés...

 

Le niveau de résignation a débordé et c´est l´inondation. L´immolation de Mohamed Bouazizi marque une rupture dans l´inconscient collectif. Le martyr n´a pas besoin d´être religieux. Les slogans criés lors des enterrements des victimes m´ont en premier attirés l´attention : « avec mon âme, avec mon sang, je te défendrai oh martyr ! » mais surtout « il n´y a d´Ilah qu´Allah, et le Marytr est chéri d´Allah !  » qui galvanise la foule et lui permet de surmonter sa peur. Comme ici : des gamins d´un lycée de Gafsa, qui essayent de sortir dans la rue sont repoussés par la police a l´intérieur. La peur au ventre ils se rassurent en s´affirmant qu´ils (les BOP) ne franchiront pas la porte, que certains essayent même de fermer ! Mais tout à coup est scandé cette formule magique (2´.00), et là retournement de situation : au bout d´une minute et demie la peur s´efface et tous se mettent en marche et à (4´.00) ils sont dehors !

 

L´inondation tourne à l´insurrection. Le Martyr est Nationaliste, fondamentalement Tunisien, il trouve son aspiration dans les thèmes de la Révolution et de l´Indépendance. La chimère islamique paraît bien loin et complètement dépassée. Le dernier rempart semble s´effriter. Restent les gouvernants du Monde Libre à persuader. Non le tunisien n´est pas fondamentaliste de naissance. Certains le sont devenu, certes, mais la faute à qui ? Depuis combien de temps les chancelleries de ce Monde Libre ferment-elles yeux, oreilles et bouche. Le miracle économique à aussi son revers de médaille nauséabond, dont le far se craque. Il est désormais de plus en plus difficile de soutenir l´insoutenable.

 

Une nouvelle République (2e du nom) est en marche, du moins dans l´inconscient collectif. Mais vu le chaos annoncé il ya de fortes chances que l´Armée prenne le pouvoir, étant donnée la situation de l´organisation politique du pays. Encore une fois le Monde Libre, qui n´est pas exempt de responsabilités dans ce vide politique, y trouvera son compte (n´oublions pas la menace terroriste). Autre facteur important, la population tunisienne dissocie l´Armée de la Police, en témoigne cette très courte vidéo où l´on peut entendre (0´.14) un militaire assurer qu´ils (l´Armée) sont avec Nous (le vidéaste) et que les BOP ne viendront pas à Mednine. Pareil à Kasserine où l´Armée en vient à protéger les manifestants des charges de la police et recevoir, ici, les plaintes des habitants au sujets des exactions commises par la police.

 

Reste à savoir pour combien de temps l´Armée restera au pouvoir, et surtout ce qu´elle en fera.

Messages