Accueil > Anthropologie > Les Na de Chine

Méditations anthropologiques sur la parentalité

Les Na de Chine

Hédonisme au féminin

mercredi 7 novembre 2012, par Bamony (Pierre)

Les Na de Chine, une société de célibataires polyandrogynes instituent un système de relations sexuelles qui excluent le mariage et ses avatars conflictuels, comme la jalousie. Ils respectent la souveraine liberté des femmes à user sexuellement de leur corps comme bon leur semble, sans inhibition ni préjugés moraux, et réalisent ainsi les inclinations de la nature. La vie sociale na est conjointe à la libre activité sexuelle des individus, femmes et hommes. Mieux, elle prémunit même celle-ci contre les dérives des flambées de testostérone du masculin.

JPEG - 19.3 ko

Les sociobiologistes contemporains, notamment les spécialistes du comportement sexuel des animaux, jusqu’à nos jours sont unanimes à soutenir que le but de l’activité sexuelle répond à des conditions démographiques. L’animal, en général, copule pour se reproduire. Or, et tel est le sens de notre démonstration ici, un tel consensus scientifique néglige un fait fondamental chez le vivant : la recherche du plaisir sexuel.

D’une part, l’infidélité au féminin observée chez un grand nombre d’animaux, autant que la variété et la multiplicité des copulations n’obéissent pas uniquement à des nécessités de reproduction. En effet, la mutation chez certaines espèces végétales et animales a abouti à une reproduction asexuée. Dès lors, les relations sexuelles se fondent davantage sur la recherche du plaisir que sur le seul souci de reproduction d’une espèce.

D’autre part, cette exigence du plaisir au féminin a conduit, par-delà les diverses raisons contingentes qui les instituent, à des formes multiples de polyandrie. Celle-ci permet à la femme une situation confortable de jouissance sexuelle continue avec plusieurs partenaires, passagers ou permanents.

Finalement, les Na de Chine, une société de célibataires polyandrogynes instituent un système de relations sexuelles qui excluent le mariage et ses avatars conflictuels, comme la jalousie. Ils respectent la souveraine liberté des femmes à user sexuellement de leur corps comme bon leur semble, sans inhibition ni préjugés moraux, et réalisent ainsi les inclinations de la nature. La vie sociale na est conjointe à la libre activité sexuelle des individus, femmes et hommes. Mieux, elle prémunit même celle-ci contre les dérives des flambées de testostérone du masculin.

Introduction

La polyandrie est, en général, supposée rare. Cette hypothèse semble fondée eu égard aux formes matrimoniales les plus répandues comme la monogamie, la polygamie, la polygynie simultanée, effective ou sérielle. Même quand on rencontre des formes de cette espèce d’union chez des populations humaines, on n’hésite pas à la qualifier de fausse polyandrie, préférant réserver la véritable figure – cette distinction nous paraît arbitraire par rapport aux actrices elles-mêmes de cette forme de vie matrimoniale — à quelques peuples comme les Bahima de l’Afrique orientale, certaines communautés d’Esquimaux, les Toda de l’Inde ; voire quelques populations du Tibet.

Au fond et au-delà de l’union matrimoniale, lorsqu’il s’agit des pratiques sexuelles de la femme, soit on a tendance à méconnaître le fait qu’il existe dans le monde des sociétés où la liberté sexuelle de la femme est tout autant large que celle du masculin ; soit on éprouve de la gêne, de la pudeur même à examiner ce fait humain en oubliant qu’on met en avant les inhibitions morales généralisées. On assiste également à une telle attitude par rapport à l’homosexualité comme si la recherche du plaisir des individus humains doit se limiter à la seule reproduction de l’espèce par l’union hétérosexuelle.

Si la polyandrie est considérée comme le pendant de la polygamie, et si l’on veut renoncer aux préjugés culturels surannés du masculin à l’égard de la femme en tâchant de traiter de façon égale les deux genres d’êtres humains, les raisons qui expliquent l’existence de la seconde pourraient être, suivant des figures différentes, semblables à celles qui rendent compte de la première. Si l’on s’en tient à la définition stricto sensu de ces termes, ils sont assimilables. En effet, des biologistes comme Jared Diamond considèrent que la polyandrie peut s’entendre comme l’union simultanée, souvent durable d’une femme et de plusieurs hommes. Il en est de même du terme polygamie qui, selon le Robert, est employé pour qualifier un homme qui a plusieurs femmes. Sans lui être totalement identifiée, la polygamie (poligamos — qui a plusieurs femmes) est, néanmoins, différent du premier en ce que le terme grec  gamos signifie « union » et aussi « mariage »[i].

En effet, dans la pratique de certaines sociétés, entre autres, chez beaucoup de peuples de l’Afrique de l’Ouest, le polygame épouse une première femme qui est l’unique épouse acquise suivant les procédés matrimoniaux en vigueur chez ces populations. Mais, les occurrences de la vie peuvent l’amener ultérieurement à prendre d’autres femmes qui ne bénéficient pas du même statut que la première épouse. En revanche, le polygyne, tout comme la polyandre, est un individu qui vit en union libre avec deux ou plusieurs partenaires sexuel(le)s simultané(e)s.

Quant aux formes de la polyandrie, qui est l’objet de l’analyse présente, elles peuvent varier et évoluer jusqu’à la polyandrogynie qui peut être définie comme la multiplicité des partenaires et la discontinuité des relations sexuelles. Or, dans toute union permanente, discontinue ou éphémère, il y a la recherche effrénée du plaisir sexuel comme accomplissement biologique. C’est ce qui, dans la polyandrie ou dans la polyandrogynie conduit à des accouplements répétés, à des liaisons sexuelles fréquentes en vue non seulement d’assurer la reproduction des espèces mais essentiellement du plaisir que celles-ci procurent dans l’effectuation de cet acte. Cette recherche du plaisir sexuel chez le vivant en général, et chez l’espèce humaine en particulier, plaisir qui est source d’achèvement et de sérénité biochimique dans l’organisme, nous a conduit à cette hypothèse : suivant le modèle socioculturel des Na de Chine, la liberté sexuelle de la femme serait le commencement du progrès de l’espèce humaine

Pour vérifier cette hypothèse, nous nous attacherons à montrer l’existence du polypartenariat sexuel dans la nature. Puis, nous verrons que la polyandrie, sous ses diverses figures, est un fait humain permanent. Enfin, avant d’analyser le modèle social des Na de Chine, nous étudierons quelques cas de polyandrie dans la France contemporaine. 


Le texte complet est disponible en ligne, ©Pierre Bamony, TM Lierre & Coudrier
Téléchargez le texte complet au format PDF — taille : 340 Ko en cliquant sur le lien en bas de page.

Conclusion

En définitive, l’organisation de la vie sexuelle des Na de Chine, qui se fonde sur l’absolue liberté des individus à faire usage de leur corps selon leur seule volonté, des motifs sentimentaux, des désirs même purement instinctuels, hormonaux, arbitraires et souverains, présente l’image d’une humanité accomplie selon la nature. Car le mariage n’est qu’une pure convention, un phénomène culturel tardif dans la longue histoire de l’Humanité. Par elle, le masculin impose au féminin le monopole sur son activité sexuelle afin de s’assurer la légalité de la paternité des enfants. Au fond, par-delà ce désir animal, le mariage est une association entre deux individus de sexe opposé qui établit un fonds commun de biens au bénéfice de leur progéniture. Il voudrait fonder ainsi un lieu d’affinité des membres de la pater familias socialement significatif.

Mais, le mariage comme double relation sexuelle et économique n’aboutit pas forcément au bonheur des conjoints. La lassitude est génératrice d’infidélité et la cohabitation permanente est source de conflits de toutes sortes au quotidien. Dans cette institution qui charge le féminin de responsabilités plus que de raison et qui nuit grandement à son bonheur, à son désir effréné de varier et de multiplier ses sources de plaisir sexuel, le masculin a le beau rôle : la société lui reconnaît la possibilité implicite de l’infidélité. Dès lors, à quoi sert le mariage s’il ne peut rien garantir quant à la réalisation des promesses dont il est censé être porteur ? D’autant plus que de nos jours, des scientifiques comme Jared Diamond, démontrent que les parents, hors mariage, sont de plus en plus nombreux. C’est du moins ce qu’il écrit : « Aux États-unis, il y a plus de parents seuls que de parents qui élèvent leurs enfants à deux, et la majorité des parents seuls sont des femmes.

Parmi les hommes qui restent mariés, nous en connaissons tous qui prennent mieux soin d’eux-mêmes que de leurs femmes et de leurs enfants, et qui dissipent une quantité démesurée de temps, d’argent et d’énergie en aventures extraconjugales et en signes extérieurs de richesse et de civilité : voiture, sport, consommation d’alcool […] La contribution masculine à l’entretien du foyer et aux soins des enfants est encore plus faible que dans quelques autres pays industrialisés comme l’Australie, le Japon, la Corée, l’Allemagne, la Pologne et la France … » [1999 : 122-123]. En fait, l’homme ne sert absolument à rien si ce n’est à nuire au bonheur de la femme et à causer des troubles dans la société[i].

Pierre Bamony, février 2005


[i] — Alain Rey (sous la direction de) ( 1992 ) : Dictionnaire historique de la langue française, Paris.

[i] — Nous le démontrerons dans un prochain écrit si nous avons le temps pour réaliser ce travail.