Accueil > Chroniques laïques d’Afrique du Nord > Une militante égyptienne des droits de l’homme en danger

Une militante égyptienne des droits de l’homme en danger

Nawal Saadaoui en procès

vendredi 8 juin 2007, par Halim Akli

De manière insidieuse mais imperturbable, l’obscurantisme islamique poursuit son travail de sape partout où les autorités légales s’effacent, traduisant leur peureuse impuissance. La femme, les femmes sont les premières visées et l’on est stupéfait de la haine qu’elles suscitent. On assiste, ébahi, à l’invasion d’une puissante maladie collective.

L’écrivain féministe égyptienne Nawal al-Saadaoui, accusée d’apostasie dans son pays s’est réfugiée à Tunis en attendant son procès. Elle affirme être la cible d’un « complot politique sous couvert de l’islam ». Psychiatre et auteur d’une quarantaine d’ouvrages traitant de la condition des femmes, Nawal Sadaaoui est poursuivie pour « mépris de l’islam » et doit comparaître le 18 juin devant un tribunal pénal égyptien.
Pour avoir publié en janvier 2007 « Dieu démissionne au sommet » pièce de théâtre de fiction, Nawal Saadaoui, militante politique des droits de l’homme et du citoyen, est l’objet d’une offensive politique et religieuse. Accusée d’islamophobie, elle est jugée « folle »et est poursuivie par la justice. Pire elle aurait déclaré notamment que le pèlerinage à La Mecque était un reste de paganisme et que le Coran n’obligeait pas les femmes à porter le voile.

Pour achever cette accusation d’apostasie, le 9 avril, un avocat égyptien, Nabih al-Wahch, a déposé plainte contre la militante dans le but de la séparer de son époux, l’accusant d’avoir « méprisé l’islam ». Le mufti d’Egypte, plus haute autorité religieuse du pays, a considéré qu’elle a « renié les enseignements de la religion » et qu’en « s’écartant du cercle de l’Islam », elle est devenue indigne d’un conjoint musulman. Nawal Al-Saadaoui a dénoncé les accusations portées contre elle et affirme que ni elle, ni son époux, le psychiatre Chérif Hetata, n’accepteraient « le divorce, ni l’exil, quelque soit l’issue du procès ».

Pour avoir écrit dans sa pièce que Dieu était un esprit, et ni une femme ni un homme, elle est accusée d’« hérésie » par les autorités d’Al Azhar, l’université islamique du Caire. Nawal El Saadawi est menacée. De plus, 5 de ses œuvres ont été censurées à la Foire du Livre en janvier dernier au Caire.

Nawal El Saddaoui a publié une soixantaine d’ouvrages. Ses œuvres, écrites en arabe, ont été traduites dans plus de 30 langues. Elle est reconnue, estimée dans le monde entier. Elle vient de recevoir le prix international de la littérature africaine. Malgré les pressions, elle n’a jamais renoncé à penser, à écrire, à dénoncer l’intolérance.
Seuls l’écrivain Ibrahim Abdel-Méguid et Naguib Mahfouz se sont élevés contre cette inquisition. Le prix Nobel de littérature égyptien est menacé pour sa part de se voir retirer le titre d’écrivain par ses collègues.
Cette offensive n’est pas isolée et semble tout à fait concertée et appliquée avec une détermination qui traduit la faiblesse des autorités égyptiennes. Déjà les fondamentalistes avaient mené une campagne haineuse contre l’écrivain marocain Mohamed Choukri, auteur du Pain nu. Ils s’en prirent ensuite à la romancière locale Nawal al-Saadaoui, dont le procès doit s’ouvrir bientôt, obligeant le ministère de la Culture à interdire la vente des livres de ces auteurs en Égypte. Ils s’en prennent maintenant à un autre écrivain marocain : Mohamed Berrada qu’ils accusent de collusion avec l’ennemi au moment où son oeuvre devait être traduite en hébreu.

Oui, Nawal El Saadawi est un problème pour l’intégrisme islamiste égyptien. Parce qu’elle est féministe et laïque convaincue, son combat est universel, il est celui de toutes les femmes et de tous les hommes épris de liberté et de laïcité. En cela, elle mène notre combat.

Pour soutenir Nawal Saddaoui, rejoignez le Bureau laïque international bli@ufal.info

Avec le Bureau laïque international, soutenez toutes les combattantes et tous les combattants féministes et laïques de par le monde !


On pourra consulter avec profit le site :
Femmes sous lois musulmanes