Accueil > Anthropologie > Le livre de la Honte

Le livre de la Honte

mercredi 1er mars 2006

Le 24 février 2000, Serge Garde publie un dossier de trois pages dans le quotidien L’Humanité. Il y révèle l’existence d’un CD-Rom informatique contenant 8.500 documents de pédocriminalité. On y voit des scènes de viols d’enfants, et même des viols de nourrissons. Quelque mois plus tard Laurence Beneux publie un article dans le Figaro et participe à un reportage sur Canal+. Logiquement, la Justice et la police auraient dû prendre le relais, averties par les révélations des journalistes qui montrent sans conteste qu’il existe en Europe des véritables réseaux pédocriminels. Des enfants sont en danger. Des réseaux obscurs s’adonnent au trafic de jeunes vies. Ce marché immonde rapporte davantage que la drogue. Il ne nécessite pas d’investissements. Il suffit de se « procurer » un enfant puis d’un appareil photo pour promouvoir la marchandise... Et, surtout, c’est une activité dont les risques vis-à-vis de la Justice sont bien limités. Tellement limités que les journalistes qui ont mené l’enquête dénoncent : « Du côté des institutions, police et Justice, c’est la gêne, le dénigrement et parfois la désinformation pour masquer une dépénalisation de fait de la pédosexualité dans de nombreux dossiers ». Ils posent la question : Pourquoi la police et la Justice n’ont-elles pas poussé l’enquête ?

Des enfants sont en danger... Des menaces de mort pèsent sur des journalistes. Des réseaux pédocriminels se sentent à l’abri de la Justice. Dans le même temps, des démarches visent à interdire un livre. Un livre qui relate une enquête minutieuse sur « Le dossier de la honte ».

En 2006, c’est toujours l’attente et le silence sur cette affaire.

Voir dans la rubrique sciences sociales un premier article sur ce sujet.