Lierre & Coudrier Éditeur
© Paris 1997

La Paguère
31230 Mauvezin de l'Isle
France
falap@club-internet.fr

La Charte éditoriale

 

Liberté d'expression

Nous appuyons la campagne de libre expression sur Internet parce qu'il est important de dénoncer la masse de désinformation concernant le WEB. Nous ne souscrivons pas aux mythes actuels, activés pour beaucoup par des fantasmes qui trouvent leurs origines dans la lointaine histoire de l'humanité. Le rite du bouc émissaire est plus vivace que jamais.
Les mobiles poursuivis en fait ne sont pas toujours en complète adéquation avec ce qui est prétendument en jeu : la défense des bonnes mœurs — pourquoi pas ! —, la protection de l'enfance, etc. Nous refusons donc de participer d'une manière ou d'une autre à des manipulations qui cachent leur véritable objet. A tous les moments de l'histoire, les institutions ont cherché à résister au changement en s'appuyant sur ce qu'il y avait de plus sensible dans les populations : la défense d'une certaine cohérence sociale, la protection de l'enfance, la lutte contre une prétendue débauche. Chacun, d'où qu'il parle, ne pourrait prétendre autre chose ! En associant Internet et ce que l'on prétend y trouver à un lieu de perdition, on reconstitue avec des termes moderne l'antique Géhenne, l'ancêtre de l'enfer. Nous savons où cela a conduit, les Croisades, les pogroms puis plus tard le Nazisme et cela continue. Sur ces terres incendiées, il suffit d'une fois, d'un seul dérapage, pour que les passions se déchaînent. Nous refusons cela, de toute façon, quoique l'on en pense !
Nous prétendons que, à l'aube du troisième millénaire, au sortir du traumatisme d'une guerre qui a ensanglanté l'Europe, il est du devoir de chacun de faire en sorte que l'Histoire ne se répète pas.
On ne défendra pas nos enfants contre les atteintes de pervers en censurant la pensée !

Nous prenons donc le parti de la liberté d'expression car, à terme, l'enjeu est bien plus important que ce que l'on nous sert chaque jour. Nous prenons le parti de la liberté car nous faisons confiance aux ressources d'une humanité en pleine mutation. Juguler l'expression sous prétexte qu'elle pourrait véhiculer pire, c'est empêcher l'émergence d'une création.
Sommes-nous pour autant naïfs au point de croire que l'univers est fondamentalement bon ? Cela pourrait devenir un prétexte pour montrer du doigt ceux qui se battent pour une véritable émergence d'une pensée nouvelle. Nous savons qu'il existe des pervers, nous savons que la criminalité existe et qu'au fond de l'Homme demeurent des forces obscures qui ne demandent qu'à s'épanouir.
Ce n'est pas la morale du fouet qui permettra que les choses rentrent dans l'ordre !

Nos exigences et nos propositions

Au-delà de la déclaration de principe ci-dessus, nos exigences éditoriales et graphiques sont simples.
Tous les écrits qui nous parviennent doivent souscrire aux impératifs élémentaires des publications scientifiques ou journalistiques. Les références d'articles, documentaires ou iconographiques devront être parfaitement définies. Les sources d'information devront pouvoir être vérifiés en accord avec l'auteur, si la nécessité se présente. Il ne sera nulle part fait référence directe à des personnes existantes. Chaque auteur est responsable des ses écrits — même si la jurisprudence dans ce domaine demeure floue.
Au cas où une rubrique serait ouverte sur un thème prédéfini, il conviendrait que celle-ci soit « vivante », qu'elle soit donc renouvelée au moins une fois par mois. L'auteur ou les auteurs s'engagent à prendre la responsabilité de la maintenance littéraire de cette rubrique.
De notre côté nous assurons la protection de nos « auteurs », le secret complet des sources et bien entendu la régularité des publications.
De même, tous nos auteurs et responsables de rubrique reçoivent un contrat d'auteur de publication sur support multimédia. Par ailleurs les textes longs (plus de 25 pages) sont déposés à la Bibliothèque Nationale sous forme de dépôt volontaire. En effet, il n'existe pas encore de législation pour les publications sur le WEB. Nous encourageons nos auteurs réguliers à souscrire une inscription à une société d'auteurs. C'est le meilleur moyen de défendre leurs droits. Nous engageons nos jeunes auteurs à prendre contact avec le CALCRE qui donne de très utiles renseignements en matière de droits et de publication.
Au plan technique, les écrits devront nous parvenir sous format .txt ou .rtf, avec feuille de style si possible...
Nous nous réservons la possibilité de ne pas publier les écrits qui porteraient atteinte à la dignité de personnes, qui inciteraient à la violence et au racisme. C'est notre seule restriction !



Créé le 3 avril 1997