[Hommes et Faits] > Tmoignages et carnets de bord

Spcial lections prsidentielles en France

Troisime tour, phase 1


22 avril 20h 15

Les tentatives de sduction

Au vu des premiers rsultats, les tentatives de sduction vont commencer vers l’ex-candidat Bayrou. Cette lection prsidentielle franaise est importante de plusieurs points de vue : l’Europe d’abord – qui en a parl durant cette campagne de premier tour ? – de la culture en gnral.

La culture, ce n’est pas l’artisterie et son statut, c’est d’abord un projet de socit, ce sont aussi les dbats, engags par ceux que l’on nomme les intellectuels, sur les grands thmes de socit : l’histoire, la philosophie, la morale, le sacr, la place d’un pays dans le concert des nations, les changes. Les politiques doivent y puiser les arguments de leur propre programme au plan moral, des choix et des orientations politiques et conomique. Sauf mutation dont le sens nous aurait chapp, c’est la tte qui pense et la main qui fait. Or, depuis le dbut des annes 80, qui conduit le politique ? Srement pas la tte ! C’est une oligarchie de leaders de multinationales, portes parole d’actionnaires soucieux d’abord de leur profit, qui dictent les obligations auxquels les politiques doivent souscrire s’il veulent ne pas tre menacs par des mesures de rtorsion financires. C’est donc la main qui pense et la tte a, depuis longtemps, renonc se relever le dfi lanc par les gigantesques dfis de la mondialisation et de la domination de la technologie. Les politiques ne dirigent plus, il ne contrlent plus, ils grent sous l’il suspicieux d’invisibles oligarques, capables ici ou l d’entretenir des armes, de faire et dfaire des gouvernements.

Or, quel candidat nous a fait part d’un vritable projet ? Chacun s’est content de discourir plus ou moins habilement sur les thmes imposs par les sondages, lesquels sont commands par une presse aux bottes des industries de l’armement. Il n’y a plus ni presse ni dition libre.

Depuis l’effondrement des « idologies », de Marx Charles Maurras, plus aucun clerc n’a tent de penser la dmesure dans laquelle la plante entire s’enlise : excs induits par la progression reptilienne du monstre nomm « March », perte insense des grands idaux qui portrent l’humanit durant quelques sicles. Le seul ordre qui s’impose, silencieux et masqu, obit aux lois d’un matrialiste outrancier et vnal qui aurait foul aux pieds les grands thmes moraux de l’humanit. L’holocauste aurait pu nous servir de leon, temprant l’orgueil immense de la pense rationaliste. Nous n’en cultivons que le souvenir pour mieux l’oublier au quotidien. La dmesure nous place dsormais face un dsastre plantaire annonc et face la ncessit urgente de restaurer les lois essentielles du « vivre ensemble ».

La culture, c’est d’abord l’ducation, la transmission transgnrationnelle. La culture c’est aussi la fluidit et la souplesse des circuits d’informations, leur permabilit au renouvellement des pensers. Or, les socits s’enferment dans une frilosit qui les empche d’assimiler tout thme de transformation, toute ide trouble de mutation. Le matrialisme a chass l’imaginaire, l’inventivit donc. Le matrialisme structure et ossifie nos cultures. Il ne peut qu’en rsulter une invitable et longue phase de mort et de mlancolie.

Face des candidats qui nous parlent d’esprance, on sourit. Voil enfin des futurs comptables heureux ! Normal, ils fonctionnent dans l’phmre et le dni ! Si la campagne prsidentielle franaise s’enlise dans des disputes sur la scurit, l’ordre, l’identit, l’apparition de plus en plus marque de deux castes – les « gens », de plus en plus pauvres et soumis, les people, de plus en plus riches et arrogants – , c’est bien parce qu’il n’a pas t point de dnominateur commun ces thmes.

La culture, comme outil de transmission des connaissances et des grands thmes thiques est au centre. On l’a oublie !

L’Europe enfin ! Il s’agit de la naissance d’une immense nation au cur du monde, phnomne que l’Histoire n’a pas relat depuis des sicles. Et nous n’en tirons aucune fiert, aucun espoir, mais beaucoup de gmissement et de pleurnicheries. Il est vrai que la construction de l’Europe n’est plus l’immense chantier, le dfi lanc par quelques visionnaires mais un vaste march. Il est donc vident, quasiment logique, que cette Europe ne soit plus qu’un espace gographique envahir. Rien de bien exaltant !

La dimension de l’Europe des peuples est largement oublie.

Prochain article de Kieser l Baz : Le portrait psychologique du petit Poutine franais.

Internet est un outil de contournement et de traverse des hirarchies tablies. Il faut s’en servir avec vigueur et opportunit !

Pour cette campagne de deuxime tour nos colonnes sont ouvertes aux internautes.

juin 2007 par Illel Kieser


Notes :

Recherche

Derniers commentaires


Création Lierre & Coudrier diteur, Maiis, license GPL. Système de publication SPIP.
Tout le contenu de ce site est syndiqué xml